Christ ressuscité : Est-ce vrai ? Enregistrer au format PDF

Jeudi 25 avril 2019 — Dernier ajout lundi 27 mai 2019
0 vote

« Vous prétendez que le christ est ressuscité, prouvez-le. »

La preuve, tu ne l’auras pas ! Si tu attends une démonstration qui t’oblige à croire, il n’y a pas ce genre de preuve. Moi, si je le crois, si les chrétiens croient que Jésus est ressuscité, ils n’ont pas de preuves. Si nous croyons, c’est à cause du témoignage des disciples de Jésus qui nous semblent dignes de foi.

Ils avaient partagé la vie de cet homme Jésus, pendant trois ans. Ils admiraient leur Maître qui était proche des malades, des infirmes, des petites gens, qui accueillait tous ceux que la société et la religion méprisaient. Ils l’avaient entendu dénoncer l’hypocrisie de ceux qui se contentaient de pratiques desséchées. Il disait qu’il venait de Dieu son Père. Ce n’était pas du goût de tout le monde. On l’avait arrêté, jugé, torturé, tué. Pour ses disciples, c’était la fin d’un rêve fou.. Ils ont fui, découragés. Et pourtant ce sont ces mêmes disciples, trois jours plus tard, qui n’ont pu dire les choses autrement qu’en échangeant cette certitude impossible : Jésus est vivant. Certains disaient : « Dieu l’a ressuscité, il l’a relevé. » D’autres disaient : « Il a été exalté. »… « Il est monté au ciel ». Saint Paul dira : « Il vit par la puissance de Dieu. » Il diront aussi qu’ils avaient vécu des expériences mystérieuses, comme des apparitions.

Quels que soient les mots, les récits, quelle que soit la signification des détails, ils portaient la même conviction : « Jésus est vivant. »

Eh bien ! Nous croyons à la résurrection, parce que les disciples ont cru et que personne n’a pu les convaincre de mensonge. Leur vie a été complètement transformée par cet événement et l’un après l’autre, ils ont préféré mourir plutôt que de dire que l’événement n’avait pas eu lieu.

Sans aller jusqu’à des comportements héroïques et prophétiques, qui ne sont pas à la portée de tout le monde, chacun de nous sait bien prendre des initiatives, tenir des engagements, poser des gestes généreux qui sont comme des esquisses de la vie ressuscitée à laquelle Dieu nous appelle.

Le résurrection n’est pas un lot de consolation pour plus tard, c’est notre vocation aujourd’hui.

D’après Jean Corbineau « paroles de Dieu, paroles de fête »