Epiphanie Enregistrer au format PDF

Dimanche 5 janvier 2020
0 vote
’« Epiphanie », un mot grec qui veut dire « manifestation ». Pour les chrétiens, il s’agit de la manifestation de Dieu aux hommes, qui se rend visible dans leur histoire par la venue de son Fils Jésus.

Jésus rassemble les hommes dans leur diversité

L’histoire des mages venus d’Orient (non juifs) annonce que Jésus aura la mission de rassembler tous les hommes dans leur diversité. Le jour de la Pentecôte en sera le signe : « Tous, tant Juifs que prosélytes, Crétois et Arabes, nous (les apôtres de Jésus) les entendons annoncer dans nos langues les merveilles de Dieu. » (Actes 2).

Une invitation à être chercheur de Dieu

Les mages, ces sages qui scrutent le ciel et y cherchent le sens des événements, sont d’authentiques chercheurs. Ils sont prêts à un grand déplacement pour trouver une réponse à leur questionnement. C’est ainsi qu’ils déduisent de la convergence des astres qu’un roi pas comme les autres vient de naître chez les juifs. Une invitation pour nous à trouver la trace de Dieu dans notre vie, en nous mettant en recherche.

Le signe d’une étoile

C’est souvent quand nous nous sentons le plus perdus que nous nous mettons à scruter les ténèbres avec intensité, à la recherche d’une lueur, d’un espoir. L’étoile qui a mis les mages en route est le signe symbolique de la présence de Dieu. Savons-nous toujours lire dans notre vie les signes que Dieu nous adresse ?

Des cadeaux toujours d’actualité

Nous pouvons interpréter les cadeaux des mages à la lumière de la vie de Jésus, signe de la royauté (l’or), de la divinité (l’encens) et du don de soi (la myrrhe) :

Nous pouvons aussi interpréter les cadeaux des mages à la lumière de notre vie, de ce que nous pouvons offrir à Dieu.

  • L’or de nos réussites, de nos moments de bonheur, de nos gestes d’amour, de nos dons… comme un « Merci ».
  • L’encens de nos demandes, de nos attentes, de nos désirs, de nos prières… comme un « S’il-te-plaît ».
  • La myrrhe-parfum de l’ensevelissement de nos échecs, de nos peurs, de nos lâchetés, de nos désespoirs… comme un « Sauve-moi ».