Bravo !

samedi 17 décembre 2016
par  Gabriel Dénecé
popularité : 39%

J’avais écrit une chronique dans l’Echo de Broons intitulée « Que foutent les jeunes ?, » qui indiquait leur absence cruciale de tout engagement sur les questions de société. Ce matin (17/12) Ouest-France nous rapporte une opération de solidarité avec les réfugiés organisée par des élèves de Cordeliers ( et avec quelques-uns de La Fontaine des Eaux). Il semble que ce soit bien réfléchi, avec les contacts avec les associations compétentes. Bravo donc ! (Elie Geffray)

Cordeliers : solidarité de Noël avec les réfugiés

Mathilde Hornebeck a su mobiliser ses copains et copines. Ils ont collecté des jouets pour l’association Un toit, c’est un droit, qui milite pour le droit au logement à Rennes.

L’initiative

Beaucoup d’effervescence ce vendredi matin, veille des vacances de Noël, dans la salle de permanence du lycée des Cordeliers. Une vingtaine d’élèves de terminale emballent et confectionnent des paquets cadeaux. Le papier brille de toute la solidarité lancée il y a trois semaines par Mathilde Hornebeck, l’une des filles du groupe. Les élèves ont apporté ce qu’il leur restait des jouets de leur enfance. Des adultes ont renforcé le stock. Des copains de la Fontaine-des-Eaux ont amené ce qu’ils avaient. Au final, à midi, 450 cadeaux de Noël à destination d’enfants de réfugiés à Rennes. L’équivalent, à ras bord, de trois coffres de voitures. Quelques élèves devaient, dimanche après-midi, jouer les Pères Noël sur place… Le monde ne va pas bien. Et cette situation, les lycéens la prenne de plein fouet. « Un peu de solidarité ça ne peut pas faire de mal. » C’est Mathilde, bien sûr, en terminale ES qui raconte.

Un « vrai » Noël pour 84 enfants

C’est elle aussi qui a mobilisé ses copains et copines pour partager ce constat. Experte en organisation, elle a pensé relayer sa préoccupation en s’appuyant sur deux élèves par classe. Paul, Anne, Klervi, Capucine, Juliette et les autres sont arrivés d’emblée avec seize volontaires. « On a voulu monter une collecte de jouets pour les réfugiés et j’ai cherché des personnes à qui donner », poursuit Mathilde. Après un contact avec l’association Utopia 56, qui prend en charge la question des réfugiés en Bretagne, « notre proposition n’était pas adaptée, parce qu’il lui faut plutôt des vêtements et de la nourriture. L’association nous a alors dirigés vers Un toit, c’est un droit, qui milite pour le droit au logement à Rennes ». Ce groupe rennais offre actuellement son aide à 160 personnes réfugiées dont 84 enfants. Elles occupent un ancien Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) à la Poterie. Les enfants sont scolarisés dans le quartier. Le directeur, Philippe Gerbel et son responsable de terminale, François Bouland, ont donné leur accord pour l’opération. L’initiative a été relayée par les profs principaux. « Faites passer le message pour que ce projet soit le plus réussi possible . » Le bouche-à-oreille a fait le reste. Ça s’est tellement bien passé, que les jeunes organisateurs ont croulé sous l’afflux des dons. « C’est juste énorme », constate Mathilde. Énorme comme son gros coup de cœur lancé au moment de Noël. Juste pour que le monde aille mieux.


Commentaires

Bouton Contact image J�sus
Bannière denier